Introduction.

Dans le cadre du parcours de soins des patients atteints d’une affection de longue durée, le médecin traitant peut prescrire une activité physique adaptée à la pathologie, aux capacités physiques et au risque médical du patient. La loi précise que ces prescriptions s’adressent aux personnes ayant des besoins spécifiques qui les empêchent de pratiquer dans des conditions ordinaires.

Le sport lors d’une affection de longue durée (ALD), pourquoi ?

L’activité physique représente une approche efficace de lutte contre la maladie. Elle permet d’améliorer la qualité de vie et de lutter contre la sédentarité. Les bénéfices de la pratique sont nombreux à titre préventif et curatif. Pour exemple, elle diminue de 50 % le risque de récidive du cancer du sein, du côlon et de la prostate ; elle est une aide non négligeable pour lutter contre le diabète ; elle prévient des maladies cardio-vasculaires, améliore l’hypertension artérielle, diminue le cholestérol ; et ceci est une liste peu exhaustive des bienfaits du sport.
L’activité physique pour les personnes atteintes d’une ALD est donc un traitement non médicamenteux à part entière, efficace, et reconnu scientifiquement. Elle doit donc s’inscrire dans le parcours de soins du malade comme toute autre thérapie médicamenteuse.

POUR QUI ?

11 millions de personnes souffrent d’une ALD en France.  Le sport sur ordonnance s’adresse à toutes les personnes atteintes de cancer, de sclérose en plaque, de maladie cardio-vasculaire, des maladies de Parkinson et d’Alzheimer, de diabète, de maladies rhumatismales…

L’objectif sera de déterminer l’activité la plus conforme à l’état de santé du malade, mais aussi à ses envies, et à son emploi du temps.

PAR QUI ?

Le décret du 30 décembre 2016, entrée en vigueur le 1er mars 2017 précise : le médecin traitant peut prescrire (au patient atteint d’une affection de longue durée) une activité physique dispensée par l’un des intervenants suivants :

– Les professionnels de santé (mentionnés aux articles L4321-1, L4331-1, L4332-1)

– Les professionnels titulaires d’un diplôme dans le domaine de l’activité physique adaptée (délivré selon les règles fixées à l’article L 613-1 du code de l’éducation)

– Les professionnels et personnes qualifiées, disposant des prérogatives pour dispenser une activité physique aux patients atteints d’une affection de longue durée.

Diplômée d’une licence STAPS, mention Activité Physique Adaptée et d’un master STAPS, mention amélioration des qualités de vie par les activités physiques et sportives, je suis donc habilitée à vous accompagner dans votre parcours de soins.

Formulaire

Une question ? Un renseignement particulier ? Un rendez-vous pour la séance découverte ? Je me ferai un plaisir de vous répondre au plus vite. A bientôt !




* Champs obligatoires